SAVOUREZ

Nos chroniques saveurs & plaisirs

Découvrez qui est Angela


Non classifié(e),Nos histoires

C’est à Casa Calenda, un petit village de la région de Moliz en Italie, qu’Angela voit le jour en 1938. Le village est pauvre, mais la famille, tissée serrée, entoure la petite Angela, qui fait ses premières armes en cuisine dès l’âge de 5 ans.  Elle n’a que 12 ans lorsque la famille quitte l’Italie, pour venir s’installer à Montréal. Angela emporte avec elle ses souvenirs, mais aussi le savoir-faire, les saveurs de la cuisine de son village natal.

L’année de ses 17 ans, elle épouse Rocco D’Angelo. De cette union, naîtront deux garçons et deux filles, dont John D’Angelo, qui apprendra auprès de sa mère l’art de parfumer l’huile d’olive, de cuisiner avec des ingrédients frais et authentiques et que la table soit toujours mise pour accueillir. Quelle est la chose la plus importante qu’elle lui ait transmise? « La simplicité pour une bonne cuisine et l’humilité, pour une meilleure vie », répond-il.

Généreuse et tendre, Angela est une maman au cœur de grand-maman. «Elle avait la tendresse d’une grand-maman », raconte John. Autour d’elle, dans sa cuisine, se souvient-il, flottait l’odeur des tomates, mûries au soleil, qui mijotaient lentement et embaumaient toute la maison, en septembre. En octobre, c’était les aubergines et les poivrons qu’elle marinait. Novembre était le mois de la saucisse et d’autres plats. « Nous n’étions pas riches, mais le garde-manger était toujours rempli de produits maison et de réserves pour l’année », raconte son fils. Sa spécialité? Les raviolis au ricotta. Et à plus de 80 ans, elle continue d’en préparer et de faire la cuisine pour la famille.

Et Angela ne s’est pas contentée de cuisiner à la maison. Au début des années 80, son mari, alors au chômage, renoue avec sa passion d’autrefois et lance une gelataria comme il l’avait fait en Italie. C’est ainsi que prend naissance l’enseigne Roberto de la rue Bélanger dont les gelato font encore saliver. Angela travaille le jour et prête main forte le soir tout comme ses enfants. Puis, elle commence à confectionner des plats pour retenir la clientèle durant l’hiver. Les pâtes, les sauces et les pizza de chez Roberto en font vite la réputation.

C’est ce savoir faire, cette générosité dans l’accueil, cette simplicité dans les recettes et la  cuisine authentique de Mama Angela que John D’Angelo a su perpétuer et renouveler au restaurant Roberto, qu’il a repris en 1995 et c’est ce que vous retrouverez aussi chez Angela & i.

Partager cette publication